Je suis récemment tombé sur un article de Niall Mc Keever que je trouve intéressant à transmettre aux personnes souffrant de troubles borderline.

Il dit les choses suivantes: le courage d’être heureux inclut le courage de ne pas être aimé par tout le monde

Se conduire de manière à n’être détesté de personne est une manière de vivre extrêmement peu libre et il est même impossible de se conduire de manière à être détesté de quiconque.

Je me suis récemment inscrite à un cours d’écriture de 30 jours.

Il s’agit de partager un article sur les médias sociaux chaque jour pendant 30 jours.

Je suis de nature introvertie, donc cela a été un peu un choc pour moi.

En particulier, cela m’a permis de réaliser à quel point les opinions des autres (bonnes ou mauvaises) peuvent affecter mon propre état émotionnel.

Les jours où les likes coulent à flots, je me sens bien.

Mais les jours où c’est mitigé, je me sens très mal.

Cette expérience m’a fait voir l’approbation comme une drogue, avec laquelle j’entretiens une relation malsaine.

Si, comme moi, vous souhaitez être moins affecté par l’opinion des autres, les deux idées suivantes peuvent vous aider :

La règle du 1 sur 10

Il y a des années, j’ai entendu un vieux proverbe qui m’a marqué depuis :

« Dans un groupe de dix personnes, vous vous entendrez très bien avec deux d’entre elles. Sept d’entre elles vous laisseront indifférent. Et au moins une personne du groupe ne vous aimera pas particulièrement ».

Curieusement, nous dépensons toute notre énergie mentale à nous concentrer sur cette personne qui ne nous aime pas.

Séparer les tâches

Dans son livre : Le courage d’être détesté », Ichiro Kishimi affirme que le moyen le plus simple de surmonter notre besoin d’approbation est de faire ce que l’on appelle « la séparation des tâches ».

En termes simples, la séparation des tâches consiste à tracer une frontière claire entre nos propres tâches (les choses que nous pouvons contrôler) et les tâches des autres (les choses qui échappent à notre contrôle).

Lorsqu’il s’agit de partager votre travail publiquement, votre tâche est de faire le meilleur travail possible.

Ce n’est pas à vous de vous inquiéter de ce que les gens vont en penser – c’est leur tâche et leur responsabilité.

Vous n’avez aucun contrôle là-dessus, alors ne gaspillez pas votre énergie mentale à ce sujet.

En cultivant cet état d’esprit, votre validation vient de la qualité du travail que vous faites et de la quantité d’efforts que vous fournissez. Vous vous sentez bien en sachant que vous avez donné le meilleur de vous-même et vous n’êtes pas trop préoccupé par les éloges ou les critiques des autres.

Si vous pouvez séparer les tâches, votre état émotionnel dépend de facteurs que vous pouvez directement contrôler.

Dans le cas contraire, la façon dont vous vous sentez dépend de l’opinion des autres. L’opinion des autres est un peu comme la météo irlandaise : instable, imprévisible et sujette à de fortes fluctuations – ce n’est probablement pas une bonne chose sur laquelle fonder son estime de soi.

Par conséquent, si vous vous inquiétez de l’opinion des autres, vous pouvez vous débarrasser de cette habitude mentale en vous demandant : « Est-ce que c’est ma tâche ?

Si ce n’est pas le cas, vous n’avez pas à vous en préoccuper.

Nous n’y pouvons rien.

Mais le simple fait d’accepter ce fait – qu’environ une personne sur dix ne nous aimera pas et, plus important encore, qu’elle n’est pas obligée de nous aimer – nous libère du besoin de leur approbation.

Cela nous permet également de concentrer nos efforts sur les personnes que nous essayons d’atteindre avec notre message.